Logo Bien à vous concept

Présentation du concept

Sur le marché actuel, lorsque vous souhaitez réaliser vous-même vos travaux, vous pouvez vous approvisionner en matériaux, mobiliers et accessoires. Vous pouvez aussi faire appel à une prestation de conception seule, mais l’accompagnement s’arrête généralement ici.

Bien à vous offre une autre alternative, une vision globale de votre projet.

Bien à vous, vous accompagne, de la conception du chantier, à la livraison de matériaux, mobiliers et d’accessoires.

Bien à vous, vous accompagne également sur le chiffrage de votre projet et la mise à disposition de plans techniques pour une réalisation en toute autonomie.

A votre écoute, Bien à vous s’adapte à vos souhaits et vos compétences pour réaliser intégralement ou partiellement vos travaux et élaborer, ensemble, le cahier des charges à respecter.

Vous pourrez bien évidemment confier la gestion intégrale du chantier pour une prestation « clé en main », effectuée en collaboration avec un réseau de professionnels (artisans, fabricants, agents immobiliers).

Expérience professionnelle

Après avoir passé 8 ans dans une société d’architecture d’intérieur dans le choletais, réputée pour ces réalisations hauts de gamme, je souhaite démocratiser l’accès aux prestations de professionnels de l’architecture d’intérieur. Tout le monde devrait pouvoir profiter d’une expertise professionnelle afin de redistribuer, d’agencer, de décorer son intérieur pour « bien vivre » dans son espace.

Fort de 8 autres années en bureau d’étude Agencement bois, les rouages et techniques de la fabrication de mobiliers font partie intégrante de ma réflexion lors de la conception de vos projets. Je peux ainsi vous proposer des aménagements esthétiques mais aussi et surtout très fonctionnels.

Photo de Arnaud Manceau, concepteur d'intérieur et gérant de la société Bien à vous.

Le petit plus de Bien à vous :

Pour votre sérénité, Bien à vous dispose d’une assurance de responsabilité décennale de conception

Commencez votre projet l’esprit libre ! 

On en parle dans la presse